Un projet démesuré à la gare !

Suite au dossier sur le secteur de la gare paru dans le journal des yerrois de février 2013, le collectif du Chêne vous propose de comprendre toutes les conséquences que ce projet va engendrer et qui risque de faire payer au yerrois le prix fort en terme de finances locales, de circulation, de stationnement et surtout d’emplois. De quoi s’agit-il :

1) La fermeture annoncée du commerce yerrois de proximité

En 2011, la ville de Yerres a voté CONTRE l’agrandissement d’Auchan Val d’Oly au motif que «cela allait tuer le commerce yerrois de proximité». Pourquoi acceptez-vous à la gare l’installation d’un CENTRE LECLERC et sa galerie commerciale avec 4500 m2 de surface de vente au total ?

plan-projet-1
La ville n’a aucun moyen de contrôler l’aménagement intérieur du centre LECLERC. Il fera ce qu’il veut et installera des boutiques qui seront sûrement en concurrence avec les commerces existants.
Et si la ville rachète, en préemptant à 3 fois le prix, des commerces vendus 1 an avant : c’est une dépense déraisonnable !
Par contre, une supérette de 500 à 1000 m2 maximum, du type Carrefour City ou Franprix ou une moyenne surface drive ou de bricolage, rendrait bien service aux usagers du RER et aux Yerrois.

2) Une augmentation garantie de l’insécurité

Une gare RER + une place publique de 2200 m2 (soit la place du centre ville + la place du CEC) + un centre commercial = une augmentation et une fixation à coup sûr des incidents et actes de délinquance.

3) La circulation : le gros point noir du projet !

Avec près de 1600 voitures par heure aux moments les plus chargés, le carrefour entre la rue de Concy et la nouvelle rue Louis Armond ne fonctionnera pas. Il ne pourra pas gérer tous les flux de véhicules : voitures pour la gare, le centre commercial, les logements, la crèche… ainsi que les camionnettes et camions de livraisons.

plan-projet-2

2) Un stationnement toujours impossible et surtout à quel prix ?

Il y aura 400 places dans le nouveau parking en silo, mais encore plus de 350 voitures dans les rues et les parkings autour de la gare puisque le projet supprime 375 places de parking actuellement utilisées par les Yerrois utilisateurs du RER D.

Des questions plus financières se posent également :

  • Quelle sera l’augmentation du tarif actuel de 17,40 euros par an ?
  • La ville payera-t-elle une nouvelle charge : la différence de plus de 100 000 euros de coût entre un forfait mensuel de parking raisonnable pour les yerrois et le vrai prix de gestion et d’entretien du nouveau parking ?

plan-projet-3

Et si les tarifs entre les parkings autour et celui de la gare ne sont pas cohérents, le parking de la gare sera sous-utilisé et le bazar dans les quartiers encore plus grand.

En conclusion nous pensons qu’il est légitime de se poser la question suivante : pourquoi un tel projet coûteux qui n’apportera qu’un gain net de quelques dizaines de place de parking et mettra à coup sûr en danger nos commerces et apportera de l’insécurité ?

Télécharger la lettre en PDF.