Parking et mécanique des fluides

Ne vous êtes-vous jamais posé la question de savoir comment se forment les bouchons sur les autoroutes ? D’instinct nous sentons tous que le bouchon a deux causes : l’affluence supérieure à la capacité de la route et la présence d’obstacles (accidents, manifestations, travaux, carrefours, péages…). En bref, pour éviter qu’un bouchon ne se forme, il faut que le flot de véhicules s’écoule le plus régulièrement possible avec un débit suffisant.

Que les causent en soient connues n’empêche pas de se sentir impuissant et énervé lorsque le phénomène se produit alors que vous vous trouvez sur un axe dont vous ne pouvez pas sortir.

J’ai pris la photo ci-dessous il y a un peu plus de 15 jours, à Roissy, à une heure de forte affluence dans une situation idéale pour la formation d’un bouchon : un péage sous-dimensionné au bout d’une route qui ne laisse passer qu’un véhicule à la fois, en pente (donc avec des démarrages successifs, des gens qui hésitent…).

2013-04-27 11.44.30-small

Regardez bien cette photo, car c’est très exactement ce qui va arriver le matin et le soir, à Yerres, dans notre futur parking de la gare caché au sein du beau bâtiment de notre futur « deuxième centre-ville ».

Une seule entrée et une seule sortie pour 400 véhicules qui arrivent et partent tous sur une période resserrée cela ressemble à la situation que vous constatez sur ce cliché. Toutes les conditions pour que cela se passe mal sont hélas réunies : un axe unique, contraint, peu large, soumis aux incidents (personnes qui mettent du temps à se garer, à sortir, à trouver leur carte pour payer…).

Je sais ce que vous allez me dire. Pourquoi est-ce qu’en dépit de l’anarchie constatée sur la parking actuel les gens s’en sortent à peu près ? La raison en est simple : la désobéissance civique. Les conducteurs ne respectent tout simplement pas la signalisation et le matin ce parking compte trois entrées et le soir trois sorties. Ainsi, le remplissage et l’évacuation sont plus fluides.

Je suis désolé de dire à Monsieur le Maire que malgré les améliorations cosmétiques qu’il a apportées à son projet de la gare, ce dernier subira inévitablement les lois de la physique qui se moquent des discours politiques et ont le mauvais goût de produire toujours les mêmes effets à partir des mêmes causes. Préparez-vous donc à prendre un RER plus tard que prévu le matin et à appeler la nounou pour lui dire que vous serez, comme hier, un peu en retard à cause du bouchon de la gare.

Au Chêne-Yerres nous essayons d’être à la fois respectueux et conscients de notre environnement ainsi que des lois qui le régissent. Pour ce quartier de la gare et pour tous les Yerrois qui ne veulent pas d’un grand centre commercial inutile et nuisible à cet endroit, nous travaillons d’ores et déjà à plusieurs contre-projets réalistes et fonctionnels pour que la qualité de vie reste l’avantage principal et la fierté de notre ville.

Le Maire avait tort et il le reconnaît

Le parking de la Gare

Ce matin à la gare RER de Yerres, le collectif du Chêne a distribué son second document sur le projet de la Gare. De nombreux usagers de la gare l’ont pris, sont venus le demander et lorsqu’ils avaient le temps, engageaient la discussion avec les membres du collectif. 800 tracts ont ainsi été distribués en 1h ! Victimes de notre succès, nous avons dû arrêter notre distribution pour ce matin….

Retrouvez ci-après le document qui récapitule d’un côté les principaux éléments d’analyse  du projet qu’a effectué le Chêne et de l’autre une critique rapide du « nouveau » projet proposé par la mairie. Les avancées annoncées ne changent rien à la cause des problèmes de circulation, de stationnement, de budget de fonctionnement, de risque commercial et de sécurité engendrés par ce projet.

Télécharger le document distribué ce matin

On le voit bien, les usagers du RER qui se garent tous les jours sur les parkings et aux environs veulent plus de places, à un prix abordable et veulent pouvoir entrer et sortir sans prendre plus de temps qu’à l’heure actuelle.

Le projet n’est satisfaisant sur AUCUN de ces points : jusqu’à 399 voitures se garent actuellement sur le parking principal et le nouveau parking est de 400 places = PAS de places en plus ! Si le prix annoncé de 10 euros par mois pour se garer paraît abordable, c’est tout de même presque dix fois le prix actuel et le solde du coût d’entretien du parking sera inévitablement à la charge de la ville ! Nous n’avons toujours aucun détail sur la politique de tarification entre le parking et les rues avoisinantes. Le projet propose une sortie de parking avec 2 barrières, au même endroit que la sortie du centre commercial et sur la même rue que les livraisons, les parkings des logements, de la crèche et des bureaux ! Que d’embouteillages en perspectives.

La Mairie n’a malheureusement ni répondu à toutes les questions, ni remis en cause la présence du Centre Leclerc qui induit la plus grande partie des problèmes précités. Le collectif du Chêne va donc continuer son travail et vous proposera prochainement des projets alternatifs et équilibrés financièrement pour l’aménagement du secteur de la gare.