L’arrivée du supermarché inquiète les commerçants

Laurent Degradi, signe pour Le Parisien, dans son édition du 27 courant, un article qui présente les enjeux pour le commerce de proximité que nous défendons  :

Un vent de fronde balaie le centre-ville, habituellement paisible, d’Yerres. Lundi soir, la réunion publique sur l’aménagement futur du quartier de la gare a laissé filtrer les inquiétudes d’une grande partie de ses commerçants. Si le projet prévoit notamment un parking de 400 m2, des logements, une crèche attendus par les riverains, c’est l’implantation à venir d’une galerie commerciale Leclerc de 2000 m2 qui cristallise les crispations.

« Nous savons que Leclerc réalise 80% de son chiffre d’affaires sur l’alimentaire, affirme le gérant de la Boucherie de la Poste. Une fois qu’il sera en activité, qu’est-ce qu’il va nous rester? » Dans un coin, un client renchérit : « Je trouve surprenant de voir notre député-maire défendre les éleveurs français au Salon de l’agriculture puis vanter les mérites d’une grande surface, premier responsable de la disparition des mêmes éleveurs. » Un caviste indépendant, installé face à l’église, reprend : « Le risque d’une baisse d’activité commerciale en centre-ville est réel, assure-t-il. Les gens trouveront plus facile de faire leurs courses en descendant du train plutôt que de reprendre leur voiture pour venir jusqu’à nous. »

L’enjeu est de redynamiser l’activité commerciale

Face à cette vague de mécontentement, le maire (DLR) Nicolas Dupont-Aignan a sa parade. « Une étude montre que les Yerrois ne dépensent dans leur ville que 20% de leur pouvoir d’achat contre 40% dans les autres communes de même type. L’offre commerciale y est insuffisante et les gens vont voir ailleurs. » Pour la mairie, la présence d’une moyenne surface à la gare aura pour intérêt de redynamiser l’activité commerciale sur la ville.

« Le maire doit stopper son projet, tonne Isabel Sequalino, présidente de l’Association des commerçants. Il a toujours poussé pour que notre centre-ville se développe et reste un lieu d’animation. Sa volonté d’installer un Leclerc nous étonne. Nous sommes favorables à la construction de logements et à la réhabilitation du parking mais nous ne voulons pas de galerie commerciale. »

Retrouvez cet article directement sur le site du Parisien.